Campagnes terminées, projets réalisés

Les projets Dartagnans

Moulin de Machemont – Melicoq (Oise)

Travaux de restauration de la roue et de remise en fonctionnement.
Objectif de la campagne : premier palier à 4 562€, correspondant à la réfection des deux ponts passerelles.
La campagne

 
Sauvegarde Patrimoine industriel de 1880 (81)
Lâ??attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 70c87e_cc0cfec3fad34c9bbb7dca9fa163c632_mv2_d_2056_1536_s_2-1024x765.jpg.

Un lieu rempli d’émotion et chargé d’histoire industrielle et ouvrière, ici travaillaient plus de 300 ouvriers dans le domaine du cuir de luxe car Graulhet était la capitale mondiale du cuir et le redevient de nos jours. 

Ce projet vise à rendre l’origine du bâtiment industriel de 1880. Nous avons constaté une toiture en très mauvais état, avec d’abondantes infiltrations d’eau, ce qui provoque une dégradation des murs et des sols.

La collecte va servir a financer un chantier participatif avec L’association internationale « CONCORDIA ».

Si cet objectif est atteint :
– Palier 2 : 10 000 €, qui nous permettront de financer les visseries.
– Palier 3 : 15 000 €, qui nous permettront de financer les rénovations f
açades. 

 Montfa : Urgence absolue ! (81)

Lâ??attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_7997.jpg.

Après 2 ans de travaux acharnés des bénévoles pour consolider le site, les aléas climatiques ont été nos ennemis en faisant effondrer un mur de façade. Face à l’urgence, nous organisons une campagne exceptionnelle pour consolider les autres murs. Cette troisième collecte visait à reprendre toutes les arases des murs de façade Nord et Ouest. Ces façades hautes de plus de 10 mètres ont subi les affres du temps.La toiture a été entièrement pillée entre les années 1920 et 1950. Les pierres se sont disjointes en parties hautes et les différentes infiltrations d’eau ont eu raison des maçonneries. Ces murs relativement anciens sont maçonnées essentiellement à la terre, parfois additionnée d’un peu de chaux. Seuls les parements extérieurs et intérieurs sont joints à la chaux. Les années passant, les murs se sont éventrés et la terre de liaison a raviné vers le bas. L’eau de pluie et le gel de l’hiver fragilisent un peu chaque année les maçonneries. 

L’objectif initial de la collecte s’élevait à 7000€ mais elle a été dépassée, puisque ce sont 11 502€ qui ont pu être récoltés ! 

Restauration de la roue du Moulin de l’Aube (26)

Véritable patrimoine industriel du Diois et symbole de l’alimentation locale, ce moulin à eau fonctionna du XVIIè siècle jusqu’à la fin du XXè siècle lorsque le dernier meunier, Adrien Gauthier, stoppa son activité.
Toutes les machines de production d’huile de noix, de farine, l’ancienne scierie et le mécanisme hydraulique ont été conservés. Une centaine de machines sont visibles dans ce moulin de plus de 400m²!
Dans le but de sauvegarder et de faire vivre le patrimoine hydraulique du moulin, les propriétaires ont lancé une campagne de collecte afin de restaurer la roue à eau dans un premier temps. L’inauguration est prévue en septembre 2019.

L’objectif initial de collecte s’élevait à 4800€ mais les donateurs ont porté ce projet au-delà des espérances en contribuant largement pour une collecte  finale de 10 525€ !
Grâce à ces donations, c’est la roue entière qui va être restaurée puisqu’il fallait 9600€ pour cela et pour lancer la fabrication des 48 augets et des 8 flasques.


Sauvons La Chapelle de Gigondas (84)

La Chapelle Saint-Cosme et Saint-Damien est une chapelle romane située au pied des Dentelles de Montmirail à Gigondas dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La Chapelle caractéristique de l’architecture romane provençale, date du XIème siècle. Elle est venue remplacer une église plus ancienne, mentionnée par les archives du diocèse de Vaison-la-Romaine dés le VIIIème siècle. La chapelle est édifiée en moellon, la pierre de taille se cantonnant à l’encadrement de la porte, des baies et aux chaînages d’angle du transept (nef). Elle est recouverte de tuiles romaines. Le chevet roman est constitué d’une abside et de deux absidioles semi-circulaires, percée chacune d’une belle fenêtre cintrée à simple ébrasement. L’ancienne nef en ruines se limite au mur septentrional. De nombreuses marques de tâcherons sont gravées dans la pierre au niveau des chaînages d’angle du transept ainsi qu’à la base du clocheton. Egalement des marques de tâcheron en forme de faucille sont à gauche de la porte et à gauche de la baie campanaire du clocheton.

D’importantes fissures sur l’ensemble du bâtiment fragilisent l’édifice et créent un risque d’effondrement imminent, notre objectif primordial est de le consolider pour ensuite restaurer et sauvegarder intégralement la Chapelle. Un sentier de randonnée permet d’accéder au site afin d’admirer sa beauté.

Plus de 13000€ ont été récoltés, ce qui permet de financer la consolidation de la nef en y installant des croix de chaînage et tirants pour soutenir l’ensemble de la structure. Les fonds supplémentaires seront affectés à la rénovation de la toiture.


Réhabilitation de la grange aux faucons des Jardins de la Contie (46)

Une grange dont la charpente ressemble à une coque de navire renversé avec ses immenses poutres de chêne courbées, dite à Cruck (technique utilisée pendant la guerre de Cent Ans) et dont l’ensemble tient en équilibre sur une seule poutre longitudinale de 22 mètres. Ce bâtiment (8,40 m x 22 m avec un faîtage à 7 m 50 auquel s’ajoute un niveau inférieur sur 2 m 50 de haut) a été répertorié par le Patrimoine comme grange monumentale exceptionnelle et l’un des plus anciens exemples lotois de grange en superposition. Les maçonneries et ouvertures révèlent une mise en oeuvre soignée avec encadrement chanfreiné. L’accès principal au niveau inférieur se démarque par la présence d’un arc monolithe orné d’un cartouche en forme de blason.

Plusieurs paliers ont été définis, allant de 6000€ à 59000€.
La collecte a rassemblé 6050€. Une subvention du service patrimoine du département à hauteur de 25791€ a été reçue au titre du patrimoine remarquable. Les fonds vont permettre de sécuriser l’ensemble pour éviter que la toiture ne s’effondre créant des dommages irréversibles et de commencer à remplacer un ensemble d’arbalétriers courbes et refaire la charpente.


Fort de la Batterie, un refuge pour tous (73)

Perché à la pointe septentrionale du massif des Bauges, à 1440 m d’altitude, le Fort de la Batterie a été érigé au sommet d’un escarpement rocheux dominant la commune de Marthod. Il appartient à la place forte d’Albertville qui traduit la stratégie de défense militaire du général Séré de Rivières suite à la défaite contre les prussiens en 1871.

Le Fort n’a jamais subi aucun combat et est tombé petit à petit dans l’oubli. En 1998, devant l’état de délabrement avancé du bâtiment menaçant la sécurité des promeneurs qui côtoient le site, le conseil municipal envisage de démolir l’ouvrage. L’association « Pour que Vive le Fort de la Batterie » est alors créée dans le but de sauver l’édifice.
Depuis 1998, les bénévoles de l’association, aidés par la commune et les entreprises du territoire, ont patiemment remis en état le Fort. Plusieurs dizaines de milliers d’heures de bénévolat ont depuis permis la restauration et la valorisation du site qui est fréquenté par de nombreux visiteurs. Des événements sont organisés régulièrement sur place pour faire connaître le site, rassembler des fonds et poursuivre la rénovation.

Plus de 12000€ ont été collectés, sur un objectif de 9000€.La collecte va servir à aménager cet espace de refuge constitué d’une salle hors-sac et d’un dortoir de 14 couchages, au rez-de-chaussée du bâtiment.
Avec 9000€ il sera possible aménager l’entrée du refuge, isoler la salle hors-sac et l’équiper avec un point d’eau et un moyen de chauffage au bois, mettre aux normes les ouvertures et le dortoir.
 

Sauvons le colombier du Château de Miniac (35)

Au XIIème siècle s’élevait non loin du Vieux Bourg, hameau où se croisent les routes de Dol-de-Bretagne à Dinan et de Rennes à Saint-Malo, un château fort que possédait Morvan de Miniac. Ce personnage donna, semble-t-il, son nom au pays. Il reste quelques vestiges de la forteresse d’alors. Elle était entourée d’un étang et de douves protégées elles-mêmes par une contre-escarpe et un double fossé. On entrait dans l’enceinte par un pont-levis que défendaient deux tours. Il existait une troisième tour et un donjon bâti au bord de l’étang, disparus à ce jour. Ces différents ouvrages étaient reliés par des courtines percées de mâchicoulis et de créneaux, tandis qu’à l’intérieur de la cour s’élevait le logis seigneurial. Situé à proximité du château, le colombier date probablement du XVIIème et est donc bien antérieur à la malouinière construite en 1749. Ce colombier est un remarquable témoin de l’histoire du site.Il est un patrimoine symbolique qui conférait à la demeure un prestige indéniable. Dans ce type de colombier, les boulins font partie intégrante de la structure : les murs, épais d’environ un mètre, sont évidés en une multitude de boulins de 40cm de profondeur.
 
 
Quatre paliers ont été définis :
Le premier palier de 10000€ servira à financer pour partie les reprises de maçonnerie extérieure afin de pouvoir retirer les sangles et renforcer le mur. Les deuxième et troisième paliers (20000€ puis 35000€) aideront au financement de la partie toiture-charpente : charpente en chêne de pays afin de lui redonner vie pour plusieurs siècles, couverture en ardoises et restauration du superbe épi de faîtage en plomb d’origine. Enfin, le dernier palier permettra de financier pour partie la reprise de maçonnerie intérieure du colombier afin de sublimer cette construction et notamment restaurer les fissures dans les centaines de boulins !
 
Plus de 23000 ont été rassemblés pour un premier objectif de 10000€.
 

Venez au secours de la tour de Castelroc (81)

Situé au cœur de  la vallée du Haut Dadou dans le Tarn, le château de La Roque rebaptisé Castelroc par ses propriétaires domine cette petite vallée sauvage.

À ce jour, les sources écrites ne permettent pas de dater avec certitude et précision la construction du château. Néanmoins, les recherches récentes, les relevés de terrain, les premières tranches d’une étude du bâti et des comparaisons effectuées avec d’autres sites permettent de penser que la tour a été érigée entre le XIe et le XIIe siècle, tandis que les murs d’enceinte ont été construits entre le XIIe et le XIIIe siècle.

Ce monument oublié depuis 3 siècles et en partie masqué par la végétation ne pouvait pas tomber définitivement dans l’oubli.  Pour cette raison, une poignée de bénévoles  déterminés ont eu l’ambition et  la volonté de faire revivre ce monument précieux pour notre histoire.

Le premier objectif de financement était de 8000€ et il a été atteint ! La collecte va permettre de cristalliser le haut des murs de la tour, ainsi que de réaliser l’étanchéité du plancher. Cela supprimera les infiltrations d’eau et consolidera le bâti.


Restauration du retable de Saint Antoine Padoue (66)

Le retable de Saint Antoine de Padoue, typique du baroque catalan de l’église de Marquixanes dans les Pyrénées Orientales, a grandement besoin d’être restauré.
Il date du premier quart du XVIIIe siècle, et a été sculpté par Sunyer Joseph. Il est fait de bois sculpté, doré, peint, polychrome et s’élève à 5,40 mètres de hauteur pour 3,70 de largeur.
L’état de péril a été reconnu par la DRAC et le  Conservateur du Patrimoine du Conseil Départemental et il y a urgence.

Plus de 9000€ ont été récolté et le premier palier de 6500€ a ainsi été largement dépassé. Les coûts d’études et de maîtrise d ‘œuvre par un architecte du patrimoine ; avec une étude par des personnes compétentes les différents dossiers d’aide au financement de cette opération pourront ainsi être lancés. Le deuxième palier ayant été entamé, la restauration d’une statue amovible constituant ce retable va pouvoir débuter.


Donnons un toit à la chapelle de Barbate ! (03)

La chapelle de Barbate datant de 1784, autrefois lieu de pèlerinage et très connue localement, se situe au cœur d’une forêt de 27 hectares sur la commune de Murat dans l’Allier.
Son propriétaire, accompagné des habitants de la région très attachés à ce patrimoine, lança donc une campagne de financement participatif pour récolter les fonds nécessaires à se restauration et à sa préservation dans le paysage local.

Ainsi 3 paliers avaient été définis pour restaurer la charpente (3000€), pour poser la charpente et les fournitures (7000€) et pour la main d’oeuvre (15 000€).
La campagne fût un franc succès puisque 82 contributions de 4 pays différents ont permis de récolter 9315€ !


Aidez-nous à restaurer la Grange de Camblat (40)

Située à Amou, petite commune du Sud-Ouest dans les Landes, la grange de Camblat fut édifiée dans les années 1860 et réalisée à partir des galets du Luy (cours d’eau amollois).
Elle  témoigne des techniques ancestrales du bâti et du savoir-faire des anciens, notamment par les matériaux utilisés pour sa construction.
Le projet consistait à poursuivre le financement de la restauration de ce bâtiment délabré par les années, en lui restituant son aspect originel tout en respectant les techniques de mise en œuvre initiale et en privilégiant le maintien des éléments d’origine.

L’objectif financier s’élevait à 2390€ et grâce aux 14 contributeurs, la grange va se voir financer l’enduit extérieur du mur ouest très exposé aux vents et aux pluies. La réalisation de cet enduit  permettra ainsi de protéger et et d’embellir la façade ouest.


Restauration de l’Orangerie du Domaine du Vignau (87)

Sélectionnée pour bénéficier du tirage spécial du loto du Patrimoine, l’Orangerie du Domaine du Vignau fait partie d’un domaine de 7 hectares avec une maison de maître du XIXème comme bâtiment principal, aujourd’hui reconvertit en gite.
Bâtie dans un style anglo-saxon, l’Orangerie était à l’origine destinée à être une maison d’habitation mais le bâtiment fût finalement transformé en un grenier à grain et un pigeonnier y fût installé au dernier niveau.
Ce n’est que plus tard, lorsque les citronniers et orangers du domaine y passeront l’hiver, que le bâtiment prendra le nom d’Orangerie du Domaine du Vignau !

En complément du soutien du Loto, les propriétaires ont donc ouvert une campagne de dons afin de restaurer la façade, les boiseries et la verrière de l’Orangerie.
Un premier objectif était fixé à 10 000€. Il a été atteint avec succès puisque 12 430€ ont été récolté à l’issu de la campagne. Cette somme permettra de faire la première tranche de rénovation, soit 20% de l’ensemble.


Reconstitution historique du Camp de Vaussieux (14)

Le château de Vaussieux, associé au Camp de Vaussieux, a connu un évènement historique marquant de la Normandie.
En 1778, Louis XVI réunit 35 000 soldats dans les 13 communes autour de Vaussieux (près de Bayeux en Normandie).
Destiné à faire craindre aux Anglais un possible débarquement sur leurs côtes au moment de la guerre d’Indépendance des Etats-Unis, celui-ci a également aidé Washington et les Insurgents à combattre les Anglais directement sur le front de guerre.

Le but de cette campagne était de réunir des fonds afin d’accueillir des bénévoles les 18 et 19 août 2018 qui participeraient à la reconstitution historique de ce grand évènement. Cette reconstitution étant également un moyen de valoriser le château.
La campagne a été couronnée de succès avec 6000€ récoltés et plus de 50 donateurs. Ainsi, 100 reconstituteurs bénévoles sont venus de la France entière pour faire renaitre le Camp de Vaussieux, qui a accueilli près de 3000 visiteurs !


Restaurons le portrait du dernier marquis d’Aligre (28)

Le Château de la Rivière, en Eure-et-Loir, est un bijou du XVIIème siècle, construit par les Chanceliers d’Aligre. Un de leur descendant, le dernier Marquis d’Aligre, s’est fait faire un beau portrait vêtu de sa redingote. Peint au XIXème siècle, l’œuvre était dans un triste état au moment de la campagne à cause de mauvaises conditions de conservation de la part des anciens propriétaires…

Mais plus pour longtemps puisque la campagne de financement a été un franc succès ! 1400€ été nécessaires pour restaurer le support, la couche picturale de l’œuvre, ainsi que le cadre. Ce sont finalement 2030€ qui ont été récoltés et les fonds supplémentaires seront utilisés pour la restauration des portraits des autres marquis d’Aligre présents dans le grand salon du château.
Grâce aux contributions, le portait du dernier Marquis va reprendre quelques couleurs, mais également ceux de sa famille !


Sauvons un hameau médiéval ! (81)

La Bastide des Vassals est un hameau médiéval du XIIIème siècle du Tarn. Construit par les frères Raimond et Pierre de Vassal, il passe aux mains de la famille de Gasc, seigneurs de la Bastide Royale d’Arthès, de Saint-Grégoire et de Crespinet.
Guillaume de Gasc est alors écuyer du dauphin de France, futur Louis XI. Le donjon est détruit par les anglais en 1430 et refortifié en 1939.Le donjon sera finalement abandonné au XVIème siècle pour des habitations plus confortables sur le plateau.

En ruines, et complètement envahit par la végétation, l’association Bastide des Vassals a décidé de se mobiliser. 4510€ ont été récoltés à l’issue de cette campagne. Le hameau, constitué d’un moulin, va pouvoir utiliser cette somme pour financer le chantier participatif, en collaboration avec Citrus, qui se concentrera essentiellement sur les travaux d’urgence du barrage et de la maçonnerie de la vanne de décharge qui ont été endommagés lors de crues.
Un concert romantique associant piano, flûte, et chant vient clôturer cette campagne de dons. Merci du soutien pour ce beau projet qui prend forme !


Ça chauffe pour le four du château de la Gabelle (26)

team gabelleLe Château de la Gabelle est une bâtisse du XIIIème siècle, avec une bien longue histoire : laissée à l’abandon à partir du XVIème siècle. Racheté au XIXème siècle par la famille Blanc, lavandiculteurs de profession, le château continue à se détériorer. Les activités de la famille, qui se sont diversifiées avec le temps (chambre d’hôtes et boutique), ne suffisent plus à entretenir le bâtiment : ils se tournent donc vers Patrimoine-Environnement et Dartagnans.

Si l’aile Est est déjà en ruine, il faut se mobiliser pour la tour Nord, qui abrite un four à pain d’époque. Or ce four est menacé par le mauvais état des murs et de la charpente. Les 10.000 euros de cette campagne serviront donc à refaire la charpente, recouvrir le toit et consolider les murs pour supporter la nouvelle toiture. La campagne fut un tel succès que plus de 17.000 euros ont été récoltés : cela permettra également de faire intervenir un artisan spécialisé pour vérifier le four et y réaliser les travaux nécessaires à une remise en marche !


Le château de Montfa, acte 2 (81)

team montfaCette deuxième collecte organisée dans le cadre du Château Challenge de Dartagnans, et s’inscrit dans le projet général de faire de ce château un centre d’enseignement pédagogique et d’animations culturelles. La première collecte ayant été un succès, le château de Montfa s’est à nouveau tourné vers le financement participatif pour faire la seconde tranche de travaux les plus urgents, en suivant les préconisations des ABF.

10.000 euros étaient nécessaires pour la cristallisation des hauts de murs de la façade Nord et Ouest : en particulier la fabrication des tuiles à l’identique et la location d’une nacelle pour pouvoir intervenir en hauteur. Ce fut chose faite, avec 10.605 euros de récoltés ! Souhaitons que l’engouement pour ce château lui permette de continuer sa restauration.


Il faut sauver le moulin de Campustelle (07)

cheminee campustelleLe site des Moulins de Campustelle est exceptionnel : il s’agit de trois moulins restaurés, dont l’un est orné d’une cheminée médiévale unique.

On ne connaît pas d’autres types de moulins avec une cheminée monumentale. Pourtant cette cheminée est usée par le temps : la collecte vise donc à financer la taille de la pierre, sa pose, le nettoyage et le sauvetage de l’ensemble. La somme était de 5600 euros, et ce sont au final 7982 euros qui ont été récoltés !

La cheminée va pouvoir être restaurée,  et le patrimoine de pays pourra continuer à exprimer toute sa diversité.


Les mots ne soignent pas les maux, l’action si ! (34)

photo chateau espicCette campagne visait à sauver des outrages du temps le château Espic, dont les premières mentions remontent au XIème siècle. Ce château a traversé près de neuf siècles avant d’être laissé à l’abandon durant une partie du XXème siècle.

La campagne de financement participatif a donc été lancée pour permettre de faire les travaux de gros oeuvre et ainsi d’ouvrir le château au public, afin qu’ils puissent admirer les trésors du château : archives, plafonds polychromes, peintures murales, architecture…

La collecte nécessitait de réunir 10.000 euros pour le premier palier, mais la somme n’a malheureusement pas été atteinte. L’association reste toutefois optimiste et cherche à mettre en place des moyens de valoriser ce château !


Soutenez l’Ancien Monastère de Sainte-Croix (26)

Monastère Sainte-Croix DartagnansL’Ancien Monastère de Sainte-Croix, fondé au XIème siècle, est aujourd’hui un centre d’accueil et d’hébergement. Accueil de groupes en pension ou demi-pension, hébergement dans les anciennes chambres monacales, parc de deux hectares, jardins médicinaux, programmation culturelle : le Monastère est devenu un acteur culturel de la Drôme à part entière.

Si les travaux d’assainissement ont été réalisés, il reste encore des choses à faire avant la réouverture au public pour la saison 2018. C’est pour cela que le monastère a besoin de vous : mettre aux normes le bâtiment (créer un chemin carrossable) et gérer les infiltrations d’eaux de pluie.

Grâce à vos dons, le Monastère a pu rassembler la somme de 15165 euros, et ainsi démarrer les travaux de terrassement et créer le réseau de stockage et recyclage de l’eau.


Restauration des cuisines XVIIème de Ferrières (24)

Manoir de Ferrières DartagnansDepuis 5 ans, un jeune couple s’attache à restaurer ce manoir dont les éléments les plus anciens datent du XIIIème siècle. L’aile concernée par les travaux date de la fin du XVIIème siècle : elle comporte des cuisines et des celliers constitués de pièces voûtées avec des cheminées et de grands dallages en pierre. Les voûtes ont été enduites avec de la chaux. Malheureusement ces voûtes ont connu des déformations, se sont affaissées et ont craquelé les enduits.

Les travaux consistaient donc à :

  • sécuriser les voûtes en enlevant l’enduit qui se désagrège et tombe, et pouvoir identifier le problème de structure ;
  • reprendre les pierres des voûtes mal ancrées ;
  • reprendre les linteaux des portes qui ont été cassés par l’affaissement des voûtes ;
  • remplacer les portes fenêtres métalliques par des portes fenêtres vitrées, sécurisées par des grilles
  • d’électrifier et de rechauler en blanc ces pièces.

La campagne fut un succès puisque 3 paliers ont été franchis (correspondant à la somme de 3040 euros), permettant d’enlever l’ancien enduit à la chaux, consolider les voûtes par de nouveaux linteaux et poser de nouvelles fenêtres respectant les enduits d’origine.


Castelroc – Château Médiéval de la Roque (81)

photo castelrocCastelroc est un château médiéval fortifié, aujourd’hui en partie ruiné. Il se situe au centre du département du Tarn, dans une petite vallée sauvage nommée la vallée du Haut Dadou, en Arifadès.  A l’abandon depuis des siècles, le Château de La Roque renaît de ses cendres aujourd’hui grâce à l’initiative des propriétaires et d’un groupe de bénévoles.

Face à la dégradation toujours plus importante des murs, l’association CastelRoc en Arifadès souhaite réaliser la mise en sécurité du site au plus vite afin de pouvoir, à terme, en ouvrir l’accès au public de manière pérenne et organiser des visites guidées destinées à promouvoir l’Histoire locale, notamment auprès des scolaires. Pour cela, les murs présentant le plus de risques d’éboulis doivent être cristallisés dès que possible.

Avant de procéder à cette cristallisation, et suite à une collaboration avec les services du SRA (Service Régional d’Archéologie) et de l’UDAP (Unité départementale de l’architecture et du patrimoine), une étude du bâti doit impérativement être menée sur l’édifice. Celle-ci doit non seulement permettre de garder une trace archéologique du site avant de lancer les travaux de mise en sécurité, mais va également apporter de nouveaux éléments, susceptibles de dater avec plus de précisions les différentes étapes d’aménagement du château.


Renaissance du Moulin de Raoul (55)

photo sitSuite à un incendie, le Moulin de Raoul a été complètement détruit… Construit avant la Révolution, ce moulin a produit de la farine jusqu’en 1946. Aujourd’hui, l’association de sauvegarde souhaite le reconstruire à l’identique et le remettre en fonctionnement.

Les objectifs de cette campagne se concentraient sur la réparation et la réhabilitation de la roue et de son mécanisme.


Restauration de peintures murales à Vivers (07)

restauration peintures murales viviersUn pavillon de jardin construit vers 1900 qui recèle des peintures murales exceptionnelles ! « La pièce principale est entièrement habillée d’un décor peint en trompe-l’œil, composition panoramique des environs de Viviers donnant l’illusion d’être au centre d’une terrasse ouverte sur l’horizon et surmontée d’un treillage. » Est aussi représentée une scène champêtre de moisson (photo ci-contre).

Les peintures sont aujourd’hui fortement dégradés, et le propriétaire a besoin de vos dons pour les faire restaurer.

Cette campagne de financement participatif fut un vrai succès : 227% de la somme initiale ont été collectés. C’est donc 9080 euros mis à la disposition de la restauration des toiles ! Une belle mobilisation du public qui permettra à ces peintures de retrouver leur lustre d’antan.


Sauvez le Château de Montfa, fief de la famille Toulouse-Lautrec (81)

chateau montfaDes ducs de Montmorency au père de Toulouse-Lautrec, le propriétaire se mobilise pour sauver cet illustre château. Au programme : restauration de la charpente et de la couverture de la tour de la Chapelle, remise en fonction du puits, restauration du mâchicoulis, nettoyage et sécurisation du pont d’accès, visite de la tour maîtresse, restauration du four à pains…

126% de la somme a été recueillie, soit 12625 euros sur 10000 euros demandés.

Les travaux du château ont commencé dès cet été : des bénévoles ont débroussaillé le château et ses environs. Ils se poursuivent actuellement, à raison de plusieurs jours par mois : si cela vous intéresse, rendez-vous sur la page facebook !


Reconstitution d’un avion Fw190/AAcr (89)

reconstitution avion aviatrogloL’association Aviatroglo reconstitue un chasseur de la Seconde Guerre Mondiale, tel que l’on pouvait le voir dans la chaîne d’assemblage de l’usine souterraine de Cravant, dans l’Yonne. Ce projet s’inscrit dans la mémoire collective locale : ce sera un lien fort avec les familles dont les proches ont travaillé dans cette usine durant l’hiver 1944-1945.


Dévoilez l’aqueduc d’Arcier et ses secrets (25)

aqueduc arcierGrâce à l’association « L’aqueduc d’Arcier, patrimoine historique », une application en réalité augmentée pourrait voir le jour ! Représentation 3D de l’aqueduc, création d’un parcours pédagogique, informations sur le fonctionnement de l’aqueduc ou sa construction…

Un très beau projet qui a récolté plus de 3895 euros sur les 3000 demandés !

Mise à jour : La représentation 3D sera réalisée par l’entreprise Héritage Virtuel, et devrait être réalisée pour l’été 2018.


Refonte de l’exposition de la Corderie Royale (17)

corderie royale rochefortClassée Monument Historique dès 1967, la Corderie Royale est un des bâtiments industriels les plus visités de France. Situé au cœur de l’Arsenal de Rochefort, ce bâtiment a dorénavant une vocation d’espace muséographique. Dans le cadre de la refonte des expositions entrepris par le Centre International de la Mer, vous pourrez aider à la création et l’installation d’un dispositif holographique mettant en scène l’intervention d’un fileur du XVIIème siècle.


Aidez-nous à restaurer le Moulin Saint-Chels (46)

moulin saint chelsCe moulin à vent a été édifié en 1797 ! Il produit de la farine pendant plus de 100 ans, jusqu’en 1898, date à laquelle une tempête lui arrache les ailes. Un premier projet de restauration voit le jour en 1972, au cours duquel les ailes sont restaurées. Mais aujourd’hui, les ailes ne sont plus en état, et le moulin lui-même est dans un mauvais état. La présente restauration concerne la toiture, l’arbre, la queue et les ailes du moulins.

Mise à jour : la somme collectée, soit 1314 euros, a contribué à la remise à neuf de la toiture du moulin ! Couverture en zinc, brossage de la charpente, et pose d’une lucarne : voici les actions réalisées depuis cette collecte.


Allumez les projecteurs sur le Maillé Brézé (44)

maille breze nantesCe musée-navire à flot a besoin de vous pour l’aider à passer le cap du numérique ! La collecte servira à améliorer le parcours visiteurs (nouvelles muséographies, explications visuelles et sonores) et à mettre en valeur le navire, tout en le conservant dans son état originel.


Faire revivre les jardins du château de Gurgy (21)

jardins chateau gurgyLes propriétaires du château sont vraiment investis dans sa restauration ! Après plus de 10 ans passés à restaurer le bâtiment principal, ils se lancent maintenant dans les jardins du château ! Afin de remettre le bassin principal en eau, ils ont besoin de vous.

La collecte a porté ses fruits, puisque 139% de la somme a été collectée : 4170 sur 3000 euros !

Mise à jour : grâce à la somme collectée, la restauration du bassin a été faite ! Le système de fontaine est la prochaine action à entreprendre pour finaliser cette restauration.


Restauration de la Grange de Camblat (40)

grange camblat landesCette grange est un véritable témoin local du patrimoine rural des Landes. Les propriétaires souhaitent rénover cette grange, héritée de leurs aïeux et édifiée dans les années 1860. La particularité de cette grange est qu’elle est construite en galets extraits des plaines et rivières : c’est un précieux témoignage des techniques d’hier.


Le prieuré de L’Encloître-en-Chaufournais (37)

prieuré encloitre en chafournaisFondé en 1103, le Prieuré était une dépendance de l’abbaye de Fontevraud. Depuis un an et demi, des travaux de restauration sont menés par les propriétaires. La nouvelle phase de travaux, à laquelle vous pouvez participer en donnant, vise à réaliser de nouveaux vitraux médiévaux et valoriser le chœur de l’église Notre-Dame.

Mise à jour : la collecte a été une réussite ! Le grand vitrail a été inauguré en juin 2017.


Recréation des jardins Renaissance du château de Lantis (46)

chateau de lantisUn beau projet pour le château de Lantis : la recréation des jardins Renaissance ! Pour ce faire, les propriétaires ont besoin de buis, de graviers et d’un nouveau système d’irrigation.

Mise à jour : les jardins Renaissance ont été achevés en novembre 2016 ! Ils sont composés de quatre parterres de buis en pointes de diamants. Pour plus d’informations, voir notre article !


Sauvons le château d’Esclignac (32)

chateau esclignacLe château d’Esclignac est le plus vieux château du Gers, véritable témoin de l’histoire de la Gascogne. Le mauvais état de la toiture inquiète grandement l’association « Pour la sauvegarde du château d’Esclignac », qui mène cette collecte pour restaurer la maçonnerie et la charpente.

Avec 3070 euros récoltés sur les 3000 demandés, la collecte est un succès !


Les projets Ulule

Application Handivisites

application handivisites ululeAvec ce projet, vous avez pu soutenir la création d’une application pour tablettes et smartphones recensant les sites patrimoniaux accessibles aux personnes déficientes sensorielles (handicaps visuels ou auditifs) ainsi que la possibilité d’avoir accès à des outils de visite adaptés.

La collecte fut un succès !


Céramiques de la gare de Tours

céramique gare toursLes tableaux en céramique qui ornent les murs de la gare de Tours depuis 1898 sont en péril. Associez-vous à leur renaissance et de cofinancez leur rénovation !